{{var product.name}} a été ajouté au panier




Continuer mes achats
Terminer ma commande

{{var product.name}} a été retiré du panier



Continuer mes achats
Terminer ma commande
0
Mon panier
Votre panier est vide.
×

Enregistrement

Votre profil

Données d'enregistrement

ou se connecter

Prénom requis!
Nom de famille requis!
Prénom invalide
Nom de famille invalide
Adresse email invalide
Adresse email requise
Email déjà existant
Mot de passe requis
Mot de passe invalide
6 caractères minimum
Please enter 16 or less characters!
Les deux mots de passe saisis ne sont pas identiques.
Veuillez accepter les conditions générales de ventes
Identifiant ou mot de passe invalide.

 

Aromathérapie

 

L'aromathérapie

 

Définitions de l'aromathérapie

 

Connaître les huiles essentielles

 

Notions de chémotype

 

Certification Bio

 

Contrôle qualité

 

Distillation des huiles essentielles 

 

F.A.Q : Questions fréquentes

 

Par où commencer ?
Les coffrets "découverte
"

 

 

 
Notion de Chémotype G
 
 


Carte d’identité d’une huile essentielle

 


AromaBio préconise l’utilisation d’Huiles Essentielles ChémoTypées, (ou HEBDD).

 

huiles essentielles HECT

 

En fonction du biotope (ensoleillement, climat, composition du sol, altitude...), une même plante peut sécréter des essences biochimiquement très différentes.
Ces variations de composition biochimique des huiles essentielles engendrent la notion de chémotype (CT).

Deux chémotypes de la même huile essentielle présenteront non seulement des activités différentes mais aussi des toxicités très variables.

 

Exemple :

 

Thymus vulgaris CT thujanol :

Très sûr d'emploi, bien toléré par la peau

.

 

Thymus vulgaris CT thymol :

Dermocaustique et hépatotoxique à doses élevées et prolongées.

 

La non-connaissance de cette distinction entre divers chémotypes et le manque de précision dans l’identification de certaines huiles essentielles laissent la porte ouverte aux incidents reliés à leur toxicité et aux échecs thérapeutiques.

 

 

 

Les hydrolats aromatiques chémotypés ou HACT 

 

Logo HACT
 

 


Dans le marché, le consommateur est confronté à de très nombreuses marques présentant des huiles essentielles et des hydrolats aromatiques dont la qualité varie du tout au tout. La médiocrité côtoie aussi la perfection. Dans ce dédale, il convient de fournir quelques moyens d’appréciation de la qualité afin que l’utilisateur en reçoive toute l’efficacité attendue.
 

- Le mot utilisé 

Le seul terme correct est hydrolat aromatique. En effet, il n’y a que l’hydrolat aromatique qui est 100 % issu de la distillation par entraînement à la vapeur d’eau. Les termes hydrosol, eau florale, eau aromatique,… sont suspects car ils ouvrent la porte à des produits qui ne servent qu’une émulsification ou une solubilisation de l’huile essentielle dans une masse d’eau ou encore une simple dilution de l’hydrolat aromatique par ajout d’eau. Ces pratiques n’ont d’autres objectifs qu’une concurrence aveugle par des produits bon marché… mais très peu qualitatifs.
Lire l’étiquette éclaire toujours le consommateur quant à la composition très exacte des ingrédients du produit. 

- HACT ou Hydrolat Aromatique Chémotypé

Les avancées technologiques en matière d’analyse nous offrent aujourd’hui la capacité d’identifier et de quantifier toutes les molécules contenues dans un hydrolat aromatique. Les avantages sont, entre autres, une preuve évidente des propriétés des hydrolats et une connaissance de la biochimie et de sa concentration moléculaire. Un hydrolat HACT montre toujours une concentration plus élevée que tout autre qui aurait été recueilli tout au long de la distillation. La récupération de l’hydrolat aromatique chémotypé se fait à un moment précis et sur une période bien déterminée de ce processus d’extraction par distillation. 1 kg de plante fraîche distillée fournit 1 litre d’hydrolat aromatique chémotypé (HACT). Mais il faudra 1 kg de plante sèche distillée pour obtenir 5 litres d’hydrolat aromatique chémotypé.